Zacharie ne joue pas les ours…

Premier album de Zacharie, Giant Bear (*) nous livre les partitions blues et folk d’un guitariste au doigté magnifique.

Dès la première plage, Stayin’ at home, un titre de Fats Waller transposé à la gratte, Zacharie nous cueille par un jeu de guitare d’une belle maturité et sa voix chaude et forte qui embarque son monde dans un périple en anglais.

D’abord homme d’images et réalisateur vidéo, Zacharie a changé de cap pour le chant. Casquette vissée sur le crane et barbe épanouie, Zacharie Dangoin  marie picking folk, jolies harmonies et une poésie discrète dans une douzaine de chansons, qu’il a joliment arrangées avec Julien Jussey (qui a assuré également le mixage de l’opus).

Lire la suite

Publicités

Lavilliers en plein ciel

Lavilliers nous offre 5 minutes de Paradis (*) à sa manière. Poétique, toujours rebelle et dans un écrin musical soigné. Peut-être trop…

A presque 71 ans, Bernard Lavilliers s’offre un vingt-et-unième album comme cadeau d’anniversaire. Cinquante ans de carrière, un sacré bail ! Après avoir multiplié les expériences scéniques depuis quatre ans, date de son dernier album en solo, Baron Samedi, Lavilliers est de retour et pas forcément là où on l’attendait. Ni dans un registre habituel.

Naturellement ce digne successeur de Léo Ferré – auquel il ne manque jamais de rendre un hommage, voire d’envoyer des clins d’œil au gré de vers inspirés sinon empruntés- n’a pas rangé ses révoltes au rang des souvenirs, comme en témoignent Croisières méditerranéennes, évocation poétique du drame de l’exil forcé; Bon pour la casse, évocation de « l’exécution », par l’entremise du chômage, d’un ex-cadre dynamique ou encore 5 minutes au paradis, évocation nerveuse des anges de la mort des services secrets…

Lire la suite

Karl Zéro dans le rétro

De la télévision à la chanson, il n’y a qu’un – petit – pas. La preuve avec les nouvelles aventures latinos de Karl Zéro et un album au titre long comme un jour sans pain.

Pour lancer son album, Karl Zéro n’a pas fait dans la demi-mesure, à son habitude, pour choisir son titre. Qu’on en juge : Songs for Moonlight Swim and Otros Tipos de Ocupaciones (*). Dans la droite lignée des orchestres swing, tropicaux et raffinés des années 40 et 50, Karl Zéro revisite ici des morceaux de new wave, d’électro-rap ou s’amuse à détourner des incontournables comme L’Eau à la bouche, le classique de Gainsbourg revu et corrigé en version brésilienne… qui fleure bon le sable d’Ipanema.

Chantant en français, russe ou arabe, Karl Zéro joue sur un vintage de bon aloi en s’entourant d’une sacrée brochette de musiciens du jazz parisien qu’il a conviée au studio Ferber à Paris. Et c’est Raphaël Lemmonier  (compagnon de route de China Moses entre autres) qui mène la danse et a signé les arrangements de l’opus avec un bel enthousiasme. Lire la suite

Le « Charleroi », de Lavilliers

S’il a souvent chanté les villes – de New-York à Lyon – Bernard Lavilliers a choisi la ville wallonne de Charleroi, sur la Sambre pour servir de décor à une de ses nouvelles chansons.

Cette fois, Lavilliers s’est inspiré du décor de ces villes frappées par la crise pour signer cette chanson d’alarme où il célèbre aussi ces cités du métissage… Le ton est grave et la voix chaude sur une mélodie au doux tempo. Son nouvel album sortira d’ici une dizaine de jours.

Toutes les musiques de l’Acadie

 L’Acadie dans tous ses états et en musiques : c’est le pari de la Semaine acadienne qui se tient du 8 au 15 août dans le Calvados depuis douze ans. Coup de projecteur sur l’édition 2017.

Le 6 juin 1944,  des dizaines de milliers de soldats participèrent au Débarquement sur les plages normandes. Parmi eux, des Américains, des Anglais, des Francais, des Belges, des Polonais, … mais aussi des Canadiens.  Chaque nationalité étant affecté à une zone précise, ce fut pour ces derniers Juno Beach, une bande d’une dizaine de kilomètres de long, allant de Courseulles-sur-Mer à Saint-Aubin-sur- mer.

C’est en souvenir de ces cousins d’Amérique que les villes de Courseulles-sur-mer, Luc-sur-mer, Saint-Aubin-sur-mer, Douvres-la- Delivrande, Carpiquet, Authie, Beny- sur-mer, dans le Calvados accueilleront la douzième édition de « La semaine acadienne » du 8 au 15 aout . Pour les soldats acadiens qui participèrent à ce Débarquement, ils revenaient, trois siècles plus tard, sur les terres de ces Français qui avaient traversé l’Atlantique pour construire le Québec au 17e siècle. Hommage leur est donc rendu aujourd’hui d’une façon festive.

Plus importante  manifestation consacrée à l’Acadie en France, le Festival propose cette année outre un concert de Natasha St Pier,  la grande Marie Jo Thério, venue du Nouveau-Brunswick, Jocelyn Petit, et des groupes comme 112 Accords, Unisson, LGS. Entre autres… Lire la suite

En souvenir de Jo Privat

Swing of France, accompagné du guitariste virtuose Daniel Givone signe un hommage tonique à Jo Privat avec Manouche Partie (*).

C’est la renaissance d’un album mythique. Nous sommes en 1960 et l’illustre Jo Privat enregistre un disque qui va devenir, selon l’expression consacrée, culte. Il s’agit de Manouche partie. Devenu un classique du jazz musette, ce disque va influencer des générations de croque-notes. Avec le franc parler qui était le caractérisait, Jo Privat avait déclaré ensuite : « De tous mes disques, c’est certainement celui où tous les musiciens ont mis le plus de cœur; c’était homogène (…) on bandait quoi ! »

En refaisant vivre ce disque, Swing of France – un groupe qui se bat pour redonner ses lettres de noblesse au jazz musette – et Daniel Givone ont eu la bonne idée de rester fidèle à l’original sans pour autant jouer la copie conforme. Et le résultat est plein de punch et enlevé.

Daniel Givone souligne : « Je crois que la première chose que j’ai entendu en venant au monde c’était un disque de Jo Privat… » Accordéoniste, son père passait régulièrement cet album sur le tourne disque familial et, bien avant de se mettre à la gratte, Daniel a été baigné dans cette atmosphère musicale.

Lire la suite

La Bretagne au chœur

Breizh – Eo Ma Bro ! (*) réunit 19 artistes pour un CD en forme d’hommage vibrant à la Bretagne avec, au cœur de ce voyage, un passeur d’émotions au long cours : Olivier de Kersauson.

Kersauson a la voix pour parler aux embruns. Il était le guide tout naturel pour accompagner cet hymne à la Bretagne qui réunit une vingtaine d’artistes pour célébrer « sa » Bretagne. « C’est ma Bretagne, dit-il, c’est le cœur qui se tout entier dans le vocabulaire qui ne parle pas toujours très bien. »

Autour du marin au parler fort, une kyrielle d’artistes sont du voyage. Les Bretons de toujours – Gilles Servat, Alain Stivell, Tri Yann ou encore Dan Ar Braz, Miossec – mais aussi les amoureux (Laurent Voulzy, Jane Birkin) de cette région  en forme de continent où les bombardes répondent aux cornemuses et où les chœurs se font tantôt aériens, tantôt puissants.

Lire la suite