Superbravo ou une pop vivante et élégante

L’Angle vivant (*) est le premier album de Superbravo, un disque où l’on retrouve des figures connues des ondes.

Membre du groupe Holden, Armelle Pioline fait une pause musicale pour se lancer dans une autre aventure, celle de Superbravo, formé avec deux autres complices, Julie Gasnier et Michel Peteau. Avec une pochette en forme de mystérieux bestiaire, œuvre  de Kikuo R. Johnson, leur nouvel album, L’Angle vivant vous cueille d’abord par des mélodies entêtantes et des textes moins superficiels qu’ils ne peuvent paraître de prime abord.  Dès l’ouverture, Un baiser, une bombe donne le « la » d’un disque où apparaissent certains fantasmes de l’artiste mais aussi son sens de l’humour et une espièglerie certaine dans des chroniques intimes.


Lire la suite

Des chansons de révolte

Avec En désaccord (*), le duo Alee & Ordoeuvre signent un album mariant chanson et rap. Un univers musical surprenant sur des textes qui égratignent le monde comme il va.

Sortie à quelques jours des législatives, En Désaccord résonne étrangement car les mots du duo n’y vont pas par quatre chemins. Dans Y’a trop de blabla, ils lancent ainsi : « Trop de blabla pour la France d’en bas qui ne sait plus qui est de gauche et qui est de droite. » Ou encore dans Le Poids des mots : « La peste ou le choléra, c’est pas trop bandant comme avenir/ Mais si on laisse la place aux rats, c’est sûr qu’on ne pourra plus choisir. »

Après deux ans de tournée au cœur du collectif 13 (Tryo, La Rue Kétanou, Massilia Sound System, Syrano…),  Alee & Ordoeuvre se sont associés – platines, chant et guitare – pour signer un disque d’ouverture sonore, entre hip-hop et jazz, avec quelques doses funky. Sans oublier quelques pas du côté des rythmes africains dans Des routes.

Lire la suite

Une pop électro signée Elliott

capture-decran-2017-03-04-a-18-42-58Rendu célèbre sur Youtube, repéré dans l’émission The Voici, Elliott débarque avec un premier EP, Transcendé. Original et déroutant.

Auteur, compositeur et interprète – il fit partie de l’équipe de Jennifer dans The Voice – Elliott, 19 ans, s’est fait connaitre comme Youtubeur.  Après avoir intégré la Maîtrise des garçons de Colmar, il a continué à sacrifier à sa passion de musique et de chant qu’il avait chevillée au corps depuis son plus jeune âge.

Avec Transcendé, Elliott livre un univers non dénué d’originalité, porté par un timbre de voix étrange et haut perchée qu’il promène sur des boucles électroniques. Où il invite à oublier le quotidien dans des rythmes soutenues. Dans la chanson-titre, il lance : « La nuit sans soucis /Une envie de folie /Braver l’interdit. »

Jouant sur un onirisme certain, avec des clips qui font montre d’un travail minutieux et utilise des chorégraphies sophistiquées, Elliott. Car, ce ne sont pas les textes de ce jeune artiste qui suscite d’emblée la curiosité, mais un univers sonore électro-pop.

Lire la suite

Klô Pelgag, la folle poésie venue du Québec

klo%cc%82-pelgag-justmusic-fr_L’Étoile thoracique – un titre qui est déjà tout un programme – c’est la nouvelle invitation au voyage d’une artiste, Klô Pelgag, venue du Canada.  Un univers déconcertant, décalé mais qui ne manque ni de talent, ni d’originalité.

Humour décalé, chansons à l’univers baroque, voire inquiétant, et voix claire et haute qui se promène sur des textes non dénués de poésie : Klô Pelgag fait partie de ces artistes féminines qui ont éclot sur scène. Il y a quelques similitudes entre cette jeune artiste  et une Camille dans la manière de débouler sur les planches (comme sur les ondes) et d’oser bien des choses, des rencontres. Une artiste qui a découvert, adolescente, qu’elle pouvait exprimer des émotions personnelles grâce à la musique alors que les études la barbaient et que les notes n’avaient rien d’une partition musicale glorieuse. Pour autant, Klô Pelgag ne cherche ni à séduire, ni à suivre le troupeau. Son credo serait plutôt : « ne pas faire de la chanson conventionnelle ». Pari risqué mais pari pleinement réussi.

Lire la suite

Les étranges voyages de Léopoldine

hqdefaultBlumen im Topf (fleur en pot en Allemand) est une proposition musicale originale d’une chanteuse et actrice qui livre de surprenants états d’âme dans ce disque.

Léopoldine aime faire siens les mots des autres comme le prouve ce nouvel album, Blumen in Topf (*), où sa voix cristalline se promène sur les paroles de ces écrivains de chevet : de Gwenaëlle Aubry  à Olivier Cadiot, en passant, bien sûr, par Roland Topor. Quatorze chansons en français, allemand ou alsacien où elle laisse sa joie de vivre se promener sur des mélodies improbables.

Dans cette aventure, elle est entourée de vieux complices – musiciens et comédiens comme Maxime Kerzanet et Charly Marty – de l’ingénieur du son Van Landuyt et des chœurs du collège Diderot à Besançon. Et, sur scène, Leopoldine-la-surprenante débarque avec une (grosse)  valise d’instruments : de l’accordéon au piano en passant par une mini-harpe, un ukulélé…

Lire la suite

Sur les traces de Manon

Pour ce troisième album, Manon, Jil is Lucky a opté pour le français afin de raconter une love story universelle. Un groupe qui ne sépare pas la musique du visuel. Et fait les choses en grand pour nous embarquer dans cette quête amoureuse.

Sur le site de Jil is Lucky, on peut découvrir,  entre autres, cet  étrange court-métrage à 360 degrés qui est une vraie réussite et donne un prolongement visuel assez fort de ce nouvel album, Manon (*). manon_illustratorComposé d’extraits de l’album, il suit en temps réel le parcours de la relation entre le chanteur et cette Manon.

Avec ce disque,  où l’hommage aux trouvailles d’un Gainsbourg semble évident, y compris dans le phrasé du chanteur, Jil is Lucky a signéun opus conceptuel en racontant l’histoire d’amour à sens unique d’un garçon qui reste éperdument amoureux d’une jeune DJ de la nuit parisienne, alors même qu’ils se sont séparés.

Une figure énigmatique en forme d’hommage intemporel à une  Lolita du 21ème siècle. Cette fille  dont le visage orne la pochette. Franco-japonaise, c’est une clubbeuse énigmatique et branchée, célébrée dès le premier morceau –8-bit mort– donnant le ton de l’album qui se termine sur un cri du cœur : Comme une bombe.
Lire la suite

La Caravane sur la route

300x300-000000-100-1-1

Après trois ans de silence, c’est fort d’un nouvel album, Canis carmina (Les Chants du chien) (*),  que le groupe La Caravane passe  reprend la route. L’inspiration est toujours intacte avec leurs mélodies qui pétillent de vie.

Des Balkans au Maghreb, en passant par la Catalogne, des musiques folks aux envolées hip-hop, La Caravane passe célèbre les errances, le dépaysement et le métissage en tout sens dans son nouvel album Canis Carmina, composé de 10 titres, dont six acoustiques et 4 remix. Un disque nourri par quinze ans de tournée d’un groupe qui n’est jamais aussi puissant qu’en scène. La voix de Toma Feterman, tantôt chantée, tantôt rugueuse, porte haut  ce périple du quotidien et ces rencontres oniriques, tout en évoquant  aussi sa double culture (parisienne et d’Europe de l’Est). Le tout porté par les irruptions instrumentales de saxophone de Zinzin Moret ou les roulements chaloupés de la  batterie de Pat Gigon.

La Caravane passe n’a jamais fait le voyage en solitaire et a accueilli bien des collaborations. Cette fois, c’est Tom Fire, Erika Serre et Marko Markovic qui sont du voyage sans oublier Rachid Taha, qui donne de la voix sur des beaux textes. Notamment l’émouvant et tonique Baba, qui signifie « grand-mère » en slave et « papa » en arabe.

Lire la suite