Quand Claude devint Nougaro

Claude Nougaro et ses interprètes (1956-1962) a un double mérite : témoigner les premiers pas (très maîtrisés) du poète toulousain et offrir quelques versions (parfois déroutantes) de ses interprètes.

S’il débuta sa carrière en 1955, Claude Nougaro dut attendre cinq ans et 1960 pour connaître un petit succès enregistré par Jean Constantin, Les Pantoufles à papa. Mais c’est avec son deuxième disque, en 1962, que Nougaro rencontre son public qui ne va plus le lâcher. C’est Michel Legrand qui va lui permettre de débarquer chez Philips et d’y graver un 45 tours devenus aujourd’hui collector où figurent Une petite fille; Le Jazz et la Java; Les Don Juan et Le Cinéma. Comme le rappelle le texte présent dans le coffret, le poète Jacques Audiberti adouba d’emblée le jeune poète par quelques lignes écrites sur la pochette du disque : « Ce poète, c’est Claude Nougaro. Il connaît la musique. Il peut donner aux mots une résonance concrète non encore entendue chez les poètes de papier… La matière même des mots joue par elle-même parallèlement au texte qui garde sa clarté. » Avec un tel parrainage, voilà Nougaro paré pour l’air du large et le pays des mots…

Alors, bien sûr, dans le coffret de chez Frémeaux & Associés, il y a neuf titres qui ont marqué les débuts de la carrière du futur interprète de Locomotive d’or, un des chefs d’œuvre à venir de Nougaro. Et puis, il y a les interprétations des autres qui font le sel de cette collection et donnent à entendre du bon et du moins bon. Lire la suite

Publicités

Anouar Brahem sur tous les modes

Marquant le soixantième anniversaire d’Anouar Brahem, un maître incontesté de l’oud, Blue Maqams (*) livre bien des pistes musicales. Pour l’occasion, l’artiste s’est entouré de trois grands improvisateurs.

Ce n’est pas un scoop : depuis plus de vingt-cinq ans, Anouar Brahem établit des ponts entre musique arabe et jazz. Né dans le quartier tunisois de Halfaouine, ce musicien n’a pas cessé, depuis qu’il s’est initié, adolescent, à l’oud, d’explorer tous les genres en se moquant joyeusement des chapelles.

Avec Blue Maqams (*), enregistré aux studios Avatar de New York en mai 2017,  il a marié son art à trois improvisateurs de haut vol : le contrebassiste Dave Holland, le batteur Jack DeJohnette et le pianiste Django Bates. Avec Dave Holland, ce sont de belles retrouvailles : le joueur d’oud et celui de contrebasse avait déjà croisé le fer  il y a vingt ans pour l’enregistrement du disque Thimar.Holland et DeJohnette  sont, eux,  de vieilles connaissances musicales car leur première association remonte au tournant des années 70 quand ils se produisaient tous deux avec les groupes de Miles Davis. Lire la suite

Un Trèfle qui porte bonheur

L’artiste bruxelloise Cloé du Trèfle signe un album, Entre l’infime et l’infini, où les paroles sont joliment enchâssées dans un écrin sonore mêlant électro-pop et variations symphoniques.

Accompagnée de Thècle Joussaud et Céline Chappuis, aux violoncelles,  avec quelques interventions de complices musiciens à la programmation ou au clavier, Cloé Defossez nous invite avec Entre l’infime et l’infini (*), à un périple mélancolique qui se joue en français comme en anglais.

Entre plusieurs univers, la musique accompagne des récits à double fond où l’artiste évoque des amours perdus, la difficulté d’être. Elle chante ainsi dans Cet air lancinant : « De cet air émanait un parfum d’absolu/ Les poèmes les plus purs/ Cet air évoquait une douceur infinie/ Mais il trahissait mes songes les plus secrets. »

La dame sait aussi se jouer des mots à double sens et son Nous, dans laquelle Arnaud Fleurent-Didier assure les chœurs, en est l’exemple parfait avec son refrain entre hier et demain. « Et ce nous qui passe/ De futur simple/ À présent complexe/ De futur en impasse/ À simple passé d’ex. »


Lire la suite

Le soldat Rose rempile

On a tous du talent, tel est le premier extrait du troisième volet des aventures du Soldat Rose. A découvrir le 24 novembre prochain.

Pour le troisième volet de la saga du Soldat Rose, une question sera au cœur du récit : pourquoi ledit Soldat est-il rose ? Pour ce troisième moment de la vie du jouet animé, le spectateur découvre, cette fois,  la fabrique de jouets, lieu de naissance du Soldat. Dans ce cadre, se déroulent alors les aventures de notre Soldat et d’une troupe de jouets pour tenter de sauver une ballerine de la poubelle… Et l’on saura finalement si la couleur du Soldat est due (ou non) à une erreur de fabrication.


Lire la suite

Gatica : errances chiliennes

En concert le 4 octobre au Divan du Monde à Paris, Gatica sort son premier EP éponyme, où elle raconte des amours déçus, le temps qui passe…

D’origine chilienne, Alejandra Roni Gatica, c’est d’abord une voix. Chaude, suave et qui vous embarque dans des mélodies qui fleurent bon son pays natal, quelque part entre le Pacifique et la Cordillère, sans pour autant jouer sur un exotisme convenu. En six chansons, elle nous embarque dans son imaginaire sans barguigner.

Gatica, c’est aussi une galerie de portraits de personnages qu’elle a croisés ou inventés, puisant aussi dans sa mémoire des chagrins d’amour. Dans son univers, on croise  ainsi des reines, des fous, des anges…  et le désert d’Atacama, site exceptionnel perché dans le nord du Chili. Ainsi, le titre Mon cher amour répond en écho au roman Cher amour, d’un certain Bernard Giraudeau qui fit le voyage dans cette région aride  – ceux qui ont eu la chance d’y séjourner ne peuvent oublier la beauté de ses paysages et la beauté de ses ciels – avec Osvaldo Torres, un artiste chilien emprisonné plusieurs fois pendant la dictature de Pinochet. Et dont certains ont disparu dans ces terres arides après une exécution sommaire.. « Une mer de souvenirs s’est ouverte à l’écoute de cette chanson » a dit Osvaldo Torres.

Lire la suite

Yvette Guilbert, la femme moderne

Elle fut une grande voix de la chanson, pionnière du féminisme. Dans un coffret étonnant de 3 CD, Yvette Guilbert voit son répertoire revisité par Nathalie Joly. Et de belle manière.

Elle fut l’amie de Freud – qui écoutait en boucle sa chanson Dites-moi que je suis belle – et Toulouse-Lautrec l’immortalisa. Reine du café-concert à la Belle Époque, Yvette Guilbert a marqué les annales de la chanson par un répertoire très en avance et pas ses prises de position féministes. La dame était une pionnière du genre à une époque où ces dames étaient corsetées et soumises à la férule de leur époux.

Parolière, auteur, actrice, metteur en scène… , Yvette Guilbert, née le 20 janvier 1865 à Paris et morte en février 1944 à Aix-en-Provence, fait partie de ces artistes qui ont exploré bien des pistes artistiques comme en témoigne sa passionnante autobiographie, La Chanson de ma vie.

Lire la suite

Vinicio Capossela : l’Ouest, le vrai

Avec un double album (*), dont chacun a été enregistré à plus de dix ans d’intervalle, Vinicio Capossela, le troubadour italien, fait un pont entre le Sud profond italien et le Grand Ouest américain. Tout sauf banal !

Avec sa pochette magnifique en sépia qui fleure bon les westerns d’un Sergio Leone, Canzoni della lupa (*) est un double album atypique car datant de décennies différentes. Une drôle d’aventure comme les aime Vinicio Capossela, singer-songwriter le plus original d’Italie qui, de disque en disque, se lance dans de nouveaux défis. Cette fois, il a osé un coffret à deux faces, dont les morceaux ont été mis à boite l’un durant la période aride de 2013 (Polvere), l’autre, onze ans après, à l’automne 2014 (Ombra).

Dans le premier, Capossela a choisi une « session décharnée, desséchée » où il chante de sa voix capable de bien des modulations, accompagné seulement de deux violons, un cymbalum, une contrebasse et une guitare. Dans le second, il se promène dans des ballades puisant dans un folklore authentique évoquant un univers plus fantasmagorique, étrange, nourri de légendes rurales. Lire la suite