« Le » Brassens de Maxime

Il y avait de la pudeur chez Brassens. Il y en a aussi dans ce portrait intime signé Maxime Le Forestier, sobrement intitulé Brassens et moi (*). Une belle manière d’inaugurer une année où seront célébrés les cent ans de la naissance du poète Sétois.

Au début des années 70, pour son retour à Bobino après trois ans de silence, Georges Brassens avait, comme à l’accoutumée, fait venir des artistes plus ou moins confirmés en première partie. Maxime Le Forestier qui alors débutait en fut le temps de « quatre chansons ». Sans jamais faire partie de la bande des proches – l’auteur du Gorille aurait pu être son père – Le Forestier entretint avec lui une relation particulière et il nourrit ce Brassens et moi (*), de bien des anecdotes dont certains eurent la primeur quand,  après avoir connu le creux de la vague, Le Forestier décida de repartir dans les petites salles pour rendre hommage à son bon maître en reprenant (guitare et voix) ses chansons, demandant au public de les choisir au hasard dans sa Bible, gros recueil des chansons de Brassens.

Parti de la petite salle du Sentiers de Halles, en 1996, ce concert le conduira comme il le raconte aux quatre coins du monde. Et Maxime de noter : « Écouter Brassens, c’est bien. Le chanter, c’est mieux. Le chanter en s’accompagnant à la guitare, c’est encore mieux. Mais le faire devant des gens qui aiment, ça ressemble au bonheur. La saveur des mots est rehaussé par l’effet qu’ils font sur le public. »

Au fil des pages, Le Forestier donne quelques pièces du puzzle Brassens, un homme qui ne se livrait pas ou peu en dehors de ses chansons. Un homme qui pouvait, dans le privé, avoir parfois une parole sans filtre. Ainsi quand il évoque, dans sa maison de la rue Santos Dumont, le dernier disque de Brel Les Marquises, Maxime rapporte un échange lapidaire : « Tu as écouté son dernier album ? – Oh, des tripes, encore des tripes. » Ces deux-là n’avaient pas l’amitié complaisante. »

Outre des anecdotes sur des moments partagés avec l’artiste -tel le Grand Échiquier avec Lino Ventura  où Patrice Caratini, le bassiste de Maxime, remplaça au pied levé Pierre Nicolas – on lira avec intérêt l’approche musicale de Le Forestier de l’univers du poète Sétrois Il évoque notamment sa richesse mélodique, cachée derrière l’épure d’un accompagnement guitare-contrebasse, face à un côté plus « basique » des compositions d’un Charles Trenet. Il écrit : « Si l’on regarde de près la musique de Trenet, ses structures harmoniques sont assez rudimentaires. Il était accompagné par des musiciens de génie (Henri Crolla ou Hubert Rostaing) qui savaient sublimer l’anatole, la suite de quatre accords que l’on entend derrière La Mer, La Folle Complainte et des dizaines d’autres mélodies (…)? N’ayant que sa guitare, Brassens a été amené à varier ses suites harmoniques pour ne pas lasser l’auditeur, ou se lasser lui-même trouvant par là des solutions plus riches et intéressantes. Mais comme le timbre est toujours celui de la guitare, ça ne saute pas aux oreilles. »

Si l’on a déjà beaucoup écrit sur Brassens, Le Forestier signe ici un texte plein d’humanité. Un bel hommage d’un artiste à son aîné, sans le moindre pathos déplacé.

(*) Ed Stock

UN BATEAU POUR UN CENTENAIRE

De juin à décembre, la ville de Sète va réserver un programme riche pour l’enfant du pays qui a fait connaître ce port méditerranéen loin, très loin, à travers juste une chanson comme La Supplique pour être enterrée sur la plage de Sète. Brassens qui repose pour l’éternité au cimetière Le Py, dit « des pauvres ». Ainsi, un bateau-phare, ancré dans le port , le « Roquerols » a été aménagé en un espace multiplexe avec salle de concert, d’exposition, studio, restaurant… Si la crise sanitaire se calme, plusieurs artistes viendront rendre hommage à Brassens au gré de festivals à Sète : Agnès Jaoui, Thomas Dutronc, Jean-Louis Trintignant pour une séance de lecture le 22 octobre ou encore François Morel. Entre autres. Les copains sont toujours d’accord quand il s’agit de Brassens…

Un commentaire sur “« Le » Brassens de Maxime

Ajouter un commentaire

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Créez un site Web ou un blog gratuitement sur WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :