En voyage avec Dan Gharibian

Affamés d’éphémère, c’est le nouvel album du Dan Gharibian Trio. L’ancien âme du groupe Bratsch n’a rien perdu de son goût de tous les métissages musicaux.

En 2015, la séparation du groupe Bratsch avait laissé orphelins les amateurs de la musique tsigane et de l’Est, tant les musiciens entourant Dan Gharibian les avaient fait voyager. Malgré la fin de l’aventure, Dan Gharibian n’a pas rangé sa guitare et continue la route, mais sous la forme d’un trio, formé avec Benoit Concert des Doigts de l’homme et avec Antoine Girard.

Dans Affamés d’éphémère, on retrouve ce qui charme dans la personnalité de Dan Gharibian et d’abord cette voix qui semble s’être fignolé au contact des alcools forts et des fumées des bars. Une voix rauque, puissante qui se glisse des ballades arméniennes, russes au rébetiko, ce blues grec, mais qui sait aussi faire passer l’émotion dans la langue de Molière. Le preuve ici avec la chanson-titre qui définit bien un homme qui cultive les instants au jour le jour et connaît la fugacité de la vie et des histoires d’amour. « Affamés d’éphémère éternels/ ils se lovent comme des loups tranquilles/ elle s’arrime à  lui et lui à elle/défiant ce foutu temps qui file. »

Toujours sapé comme un ministre en goguette, Dan Gharibian a une voix qui chante la vie sur tous les tons et ses chansons sont comme autant d’invitation à ne pas perdre une seconde du temps qui passe, malgré la mélancolie qui peut vous étreindre. Dans L’Almée phénomène, il lance encore : « Partir, aimer, mourir, à n’en plus finir/ ne goûter de la vie que la sève. »

Et quand il évoque l’Arménie de ses origines dans Armenian waltz, c’est pour nous embarquer dans une mélodie qui touche au cœur, porté par le dialogue de deux guitares inspirées.

Musicalement,  Dan Gharibian  et ses deux musiciens savent emplir l’espace en allant à l’essentiel; l’accordéon apportant le vibrato de ses soufflets populaires aux riffs des guitares, jouées de main de maître.  » Ce soir, je veux danser et m’amuser » lance le trio dans Aneva sto trapezi mou. A l’écoute de ce nouveau disque, on n’a qu’une envie : retrouver ce Dan Gharibian Trio sur les routes des festivals, tant leur énergie donne envie de vivre et d’entrer dans leurs danses…

(*)L’Autre Distribution

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Créez un site Web ou un blog gratuitement sur WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :