Les colères mélancoliques de Guillo

Une pop légère, rythmée et harmonieuse : Guillo est de retour avec Macadam Animal, où il évoque à sa manière les origines de l’humanité. 

Fin 2013, Guillo – alias Guillaume Galiana qui avait quitté la banlieue nord de Paris à dix-huit piges pour s’installer dans le Sud Ouest de la France – sortait son premier album, Super 8. Laissant de côté son envie de poursuivre ses études d’anglais, il a déjà fait un joli chemin dans la chanson, tout en animant en parallèle depuis dix ans des ateliers chanson en milieu scolaire et hospitalier.

Avec Macadam Animal (*), réalisé par Benoît et Cyril Crabos, Guillo a imaginé un album équilibré où il évoque les origines de l’humanité, ne cachant rien de ses accès mélancoliques comme de ses colères. Comme si l’album tombait à pic en ces mois où la colère sociale suscite un vent de révolte…

Dans ces chansons – aux vers parfois inégaux – Guillo sait dire les choses simples mais justes pour distiller une mélancolie certaine : celle, par exemple, de la maison familiale riche en souvenirs que l’on quitte (Vendu) celle nostalgique d’un paysage nord africain qu’il porte tatoué dans son âme en souvenir de colons espagnols partis chercher une vie meilleure en Algérie (la belle chanson Algania)..

. Il est aussi question d’une terre maltraitée (Nous aimions la terre), des violences de la Palestine(Le Bruit des balles), comme de la culture amérindienne dans la belle chanson, Sans fusils, sans or et sans trains. « Libres nous étions libres/ Sauvages, nous allions si loin », lance-t-il dans une ambiance musicale façon western.

Et quand il interroge l’auteur d’une tuerie sanglante dans Ton cœur, un texte assez fort, c’est pour interroger notre part d’animalité commune avec ce monstre. Il chante :  « Ton cœur… Il aurait pu battre / Sous un autre jour/ Il aurait pu jouer/ Calme, sur du velours / Il aurait dû faire / Des merveilles de toi / Oh mon petit frère / Loin de tout combat. « 

Jouant dans les visuels accompagnant son album sur des images de bipèdes dressés sur leurs deux pattes,  Guillo et sa bande ont œuvré pour créer  une pop élégante soulignant sans jamais écraser ces histoires qui évoquent les illusions du progrès, eu égard à la situation écologique et sociale de notre vie actuelle. On sent que, derrière l’optimisme de l’univers musical de Guillo, la colère est à fleur de mots…

(*) Absilone/ Lyloprod/ Cinq secondes

 

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Créez un site Web ou un blog gratuitement sur WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :