La douceur pop de Bertille

Multi-instrumentiste de formation, Bertille sort son premier EP où elle délivre un univers féminin sur un univers pop teinté d’électro. Pas désagréable, mais non plus bouleversant.

On aimerait adorer la voix de Bertille, plonger sans réserve dans l’univers délicat, doux et tendre, de son premier CD, #ep (*) où elle se livre en six titres, sur des mélodies ou la pop le dispute aux accents électros.

Des chansons qui ont une atmosphère indéniable, que ce soit dans des textes comme Du vent dans les voiles ou encore Les Rivières dans laquelle surgit au final un beau solo de violoncelle.

C’est la première fois que la jeune femme se met sur le devant de la scène après le duo qu’elle formait en 2015 avec Olivier Daguerre et, plus près de nous, avec sa participation dans le groupe Wallace. Un vrai donc défit pour cette artiste discrète habituée à rester dans l’ombre de.

Elle qui définit « l’émotion comme son moteur » a donc couché sur le papier des mots pudiques pour dire son petit monde. D’amour, il est souvent question dans cet album où elle peut ainsi évoquer les infidélités amoureuses dans Du vent dans les voiles où elle évoque le « nez qui s’allonge » de celle qui a triché sur la carte du Tendre qu’un amour passion dans Je plonge et qui est prétexte à  un très inspiré vidéo-clip.S’avouant « besogneuse » pour écrire des textes -mais elle se rattrape largement sur les musiques – Bertille  a demandé à certains complices de dire les choses qui la touchent : c’est ainsi Olivier Daguerre qui a signé le beau texte des Rivières et Jérôme Pinel, rencontré aux Rencontres d’Astaffort, celui des Vérandas. « J’ai le cœur aujourd’hui un peu moins de travers/ D’avoir plongé l’amour dans le froid des rivières » chante-t-elle notamment.

Fascinée par l’écriture, mais avouant aussi sa pudeur profonde – Nos silences en apporte la preuve, où elle évoque leur « élégance, bien au-delà des apparences »- Bertille a, visiblement, envie de nous emporter dans une atmosphère, une mélancolie musicale, ciselée il est vrai. Et cela peut produire une vraie réussite comme Huit Pieds où il est notamment question de notre fin à tous.

On sent Bertille semblable à une corde sensible, une jeune musicienne qui vit la tête dans les étoiles. Pour vraiment nous faire vibrer, il manque un supplément d’âme, une façon de dire avec plus d’énergie les choses car elle a les capacités pour le faire, l’écrire et le chanter. Et alors nous séduire vraiment car elle a un vrai sens des textures musicales et des paysages sonores…

(*) Disque Pias

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Propulsé par WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :