Les nouveaux copains de Georges

Croquenote virtuose guitare en main, Rodolphe Raffalli célèbre Brassens sur tous les rythmes en accompagnant une fine interprète, Renée Garlène, dont la voix est magnifique. J’ai rendez-vous avec vous(*) n’est pas un album d’hommage de plus.

Ce n’est pas la première fois que Rodolphe Raffalli s’attaque à Brassens, mais, jusque là, il s’agissait d’habiter ses mélodies de son talent de guitariste. Avec Renée Garlène, il opte pour un duo musical pour voix, guitare et quelques instruments. Peu d’instruments pour rester fidèle au désir du Sétois qui disait à son ami Louis Nucéra (comme il est rapporté dans la pochette de J’ai rendez-vous avec vous) : « Je ne tiens pas à ce que l’attention du public soit détournée par des fioritutes, par un son de flûte, par un son de trompette. J’aime beaucoup justement ça , j’aurais beaucoup aimé avoir des orchestrations sur mes chansons mais je crois que ce n’est pas à moi de faire ça. »

Accompagné de Sébastien « Raoul » Gastine à la contrebasse et de Fabrice Thompson aux percussions, Rodolphe Raffalli teinte les mélodies originale de Brassens de swing, de rythmes brésiliens pour leur donner une singulière couleur musicale. Et sans jamais forcer le trait.Si la pochette de l’album a un aspect rétro, voire vieillot, la mise en musique de Brassens n’a rien ici de poussiéreuse notamment parce que la voix de Renée Garlène est d’une rare limpidité et exprime un vrai tonus. Elle a la bonne idée de donner à entendre, sans musique,  ce Maman, Papa, que tonton Georges avait naguère offert à Patachou. Ce qui permet de redécouvrir un poème moins connu que le reste du répertoire. S’appropriant aussi à la première personne, comme Barbara le fit, La Complainte des filles de joie, Renée Garlène sait faire entendre sa différence. Et apporter un supplément d’âme à ces mélodies pourtant connues et reconnues.

La cerise sur le gâteau, c’est la présence du grand artiste capverdien Teofilo Chantre  sur Cupidon s’en fout, variations amoureuses de la fin de la carrière de Brassens et qui sert de conclusion à cet album. Bref, ces versions aériennes et enlevées de Brassens méritent vraiment une écoute.

(*) Disque Frémeaux & Associés

Une version qui n’est pas présente sur le disque

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Créez un site Web ou un blog gratuitement sur WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :