Symphonique Dick

S’il y a bien quelqu’un que l’on n’attendait pas flanqué d’un orchestre symphonique, c’est bien Dick Annegarn. Avec 12 villes- 12 chansons (*), il revisite, avec la manière, son répertoire, accompagné par un grand orchestre. Une vraie réussite.

Depuis 1973 et son premier album, Sacré géranium,  tôt remarqué par la critique avec des chansons comme Ubu et, bien sûr, Bruxelles, Dick Annegarn n’a jamais marché sur les autoroutes de la musique, préférant promener ses petites histoires musicales dans un univers underground. Vrai bluesman , ce natif des Pays-Bas, désormais installé, après bien des ports d’attache, dans le Sud-Ouest de la France s’est lancé dans une nouvelle aventure : chanter avec un orchestre symphonique. Il fallait bien cette nouvelle corde à son arc après quarante cinq ans d’une carrière hors des sentiers battus et rebattus. Et il avait ouvert le bal, fin juin, en interprétant ses chansons revisitées pour cuivres et cordes avec les quarante musiciens de l’Orchestre du Conservatoire régional de Lyon  lors des Nuits de Fourvière.

Désormais, un disque porte trace de ses nouvelles aventures. Depuis son premier port d’attache et ce  Bruxelles inaugural, l’auteur-compositeur-interprète a célébré bien des villes visitées (Coutances, Londres), où il a habité (Lille, Nogent-sur-Marne) et certaines dont le nom lui fut source d’inspiration (Tchernobyl, Xilinji). «À ma connaissance, je suis le seul à avoir ce type de répertoire. Nougaro avait Toulouse et Bruxelles, moi j’en ai des dizaines», dit-il.

Habillées par des orchestrations subtiles de Christophe Cravero, Dick Annegarn offre un « film urbain et musical » de grande classe et qui permet de réentendre autrement certaines chansons. Notamment la magnifique Au nom de dieu où l’artiste unit, dans la même évocation mélancolique des villes sur le papier aussi différente que Versailles, Genève et… Marseille. « La mise en bière s’y fait/ Sans pompes funéraires futiles/ Quand il s’agit d’enterrer/ En plein centre-ville. » 

Chez Annegarn, la poésie a cette capacité de réunir des lieux différents par la grâce d’un trait de plume et de quelques vers bien choisis et son Blues de Londres en apporte une preuve de plus. Dans cette chanson,   « le smog de toutes les villes » permet de réunir la cité du bord de la Tamise, Lille et Rotterdam en y glissant au passage une ironique adresse, dans une envolée de cuivre,  à ceux qui nous gouvernent : « Je te dis que toutes ces stars/ Du grand monde ne manquent pas d’air/ Et qu’en fait c’est vraiment bizarre. Quand tu voyages en Canadair/ Underblues, ça rend morose/ Overblues underdose. »

A lui seul, Dick Annegarn est un vrai guide de voyage… Et cet album ciselé de bout en bout mérite une écoute multiple tant on y découvre des pépites…

(*)Musique Sauvage/ Pias

2 commentaires sur “Symphonique Dick

Ajouter un commentaire

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Propulsé par WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :