Quand Léo habillait Guillaume

Entre Apollinaire et Ferré, c’est une longue histoire d’amour. Dès 1957, il créait un oratorio magnifique sur un des poèmes-culte de Guillaume : La Chanson du Mal Aimé (*).

C’est peu dire que le long poème de Guillaume Apollinaire, cette Chanson du Mal Aimé, a « habité » Ferré. Il ne posera ses notes sur un poème aussi dense et complexe que des années plus tard : ce sera Une saison en enfer, de Rimbaud.

En ce début des années 50, il faudra à Ferré, qui était encore peu connu, un an de travail pour achever sa partition entre mars 1952 et avril 1953. Auparavant, il avait demandé la permission à la veuve du poète, emporté par la grippe espagnole en 1918, l’autorisation de mettre de la musique sur ces vers

Une fois la composition terminée – peu de reprises figurent sur la partition originale comme si l’œuvre avait jailli « spontanément » de l’esprit de l’artiste – Ferré n’était pas au bout de ses peines. Car le comité de radiodiffusion de Radio Monte-Carlo (où travaillait Ferré à l’époque), va garder la partition six mois et elle ne sera déposée à la SACEM qu’en 1954. Et le créateur de La Vie d’artiste ne s’essaiera plus à la musique symphonique jusqu’à 1972, Michel Defaye signant, avec brio au demeurant, les arrangements de ses chansons.Pour autant, une rencontre avec un personnage peu ordinaire – le Prince Rainier en personne venu dans la bicoque des Ferré situé sur le boulevard Pershing, un quartier encore très populaire – va permettre à Ferré de jouer et diriger cette composition originale. Et de vivre pour la première fois ses rêves de chef d’orchestre.

Le concert de La Chanson du Mal Aimé sera ainsi donné à la salle Garnier de Monaco, le jeudi 29 avril 1954. Radio Monte Carlo le diffusera le 3 mai de la même année. Une victoire pour Ferré qui restera pour autant marqué à jamais par les réactions pas toujours enthousiastes à l’égard de cette œuvre.

C’est donc l’occasion de redécouvrir aujourd’hui l’œuvre datant de 1957 dans laquelle Ferré se sert – déjà- du texte parlé comme Honegger dans Jeanne au Bûcher notamment. Et où l’Ange est interprété par Jacques Petitjean, un des chanteurs à la croix de bois. Par la suite, Ferré fera quelques aménagements de l’œuvre originale  où les premiers vers d’exposition sont lus par Madeleine Ferré, la deuxième épouse de Léo qui assura à Monaco la réalisation scénique de l’oratorio quand Pierre Balmain signera les costumes.

Une partition en tout cas incontournable pour mesurer la place que les poètes avaient déjà dans l’inspiration de Ferré qui continuera à composer sur des poèmes d’Apollinaire du Pont Mirabeau à La Porte.

(*) Disques Frémeaux & Associés

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Créez un site Web ou un blog gratuitement sur WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :