Avec Volo, les mots s’envolent

volo_album_1-1024x1024Harmonie des voix, partitions tempérées des guitares : Chanson française (*) voit le retour du groupe Volo. A l’heure d’une chanson française très nombriliste, les frères Volovitch chantent, avec légèreté, des choses qui ne le sont pas toujours…

En douze titres, Volo offre dans Chanson française un univers mélodique qui fleure bon l’acoustique avec un mariage équilibré entre textes et musiques dont, jamais, l’un ne domine l’autre. Frédéric et Olivier Volovitch, ukrainiens d’origine et nés à Tours, ont d’abord roulé leur bosse au sein du groupe Wriggles – dont Frédéric était le chanteur-guitariste et son frère, le régisseur – avant de voler de leurs propres ailes à la dissolution du groupe. Et de débuter une carrière solo remarquée.

S’amusant des codes de la chanson dès l’ouverture de la chanson-titre, où ils opposent, non sans humour, des couplets ciselés made in France aux torrents de décibels des Rihana, Lady Gaga et autres artistes américaines, les deux frères déroulent ensuite un univers très personnel dans ce cinquième album de belle facture.


001-volo-2-2615-3L’air de ne pas y toucher, ils peuvent aussi bien évoquer la mort dans le poétique Tabarnak avec le désir de pousser un « dernier soupir les pieds dans l’eau », que revenir sur les dérives de la planète des finances avec un Gars honnête et ces paroles entêtantes : « Ce qui fait tourner toute la planète/ C’est la dette. » Et si les premiers émois amoureux sont l’occasion de se souvenir du choc des appareils dentaires (Hier), que Volo chante  aussi  bien la société qui ne va pas que  les tracas du quotidien, le groupe le fait toujours avec une certaine distance. Celle-ci ne donne alors que plus de force à leur propos.

Volo, c’est aussi la scène. Ils seront de passage à la Maroquinerie à Paris les 2 et 3 février avant de continuer une première tournée. Avec eux, la chanson prend parfois des airs de guide de survie dans un monde libéral souvent hostile. Ainsi lancent-ils dans J’hésite : « Le GPS nous a perdu / On n’ira pas à droite c’est sûr / Faire demi-tour c’est sans issue / Et si on continue tout droit / On finira dans l’mur / Le GPS nous a menti / Faut prendre encore à gauche c’est sûr… »

Si Volo se questionne en nous questionnant, ce n’est jamais en chantant pour ne rien dire.

(*) Disque Play On

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s