David Crosby, loin des tempêtes

davidcrosby_cover_360

Belle pochette de phare en pleine tempête, Lighhouse (*) marque le retour d’un David Crosby qui n’a pas encore brûlé ses ailes après un parcours plus que mouvementé.

Poésie douce sur fond de folk essentiel, David Crosby est de retour avec Lighthouse, un disque pour montrer que, tel le Phoenix, il peut renaître de ses cendres, tant l’artiste a brûlé la vie par les deux 1bouts et même fait neuf mois de prison en 1986 au Texas (pour possession de drogues et d’armes). De ces rudes mois, il raconte dans Rolling Stone : « La prison est très efficace pour se retrouver Quand j’y suis entré, j’étais au junkie accro au freebase – on ne peut pas descendre plus bas dans l’échelle de la drogue. Et j’étais psychotique. Mais, ce qui se passe, c’est qu’on n’a plus le choix : on est là et on ne peut pas se procurer de la drogue. Finalement, on se réveille de ce cauchemar dans lequel on s’était fourré soi-même et on se souvient de qui on est. » Mais, c‘est de l’histoire presque ancienne et revoilà David Crosby aux manettes de son nouvel album.

Malgré bien des tempêtes, la voix de l’artiste sonne toujours aussi cristalline dans ce cinquième album en solo, porté par des mélodies qui oscillent entre jazz et rock de The Us Below à la belle By The Light Of Common Day, avec la belle voix de Becca Stevens, en passant par The City. Avec Things We Do For Love, il dédie au passage une ballade amoureuse à sa femme Jan.  Et, in fine, il signe une sorte de conte cinématographique poétique dans Paint You A Picture, co-écrit avec Marc Cohn.


Si l’homme n’a pas la hargne d’un Neil Young qui n’a toujours pas rengainé sa guitare quand il s’agit de fustiger une époque qui le révolte, David Crosby signe un album de belle facture soutenu parfois par des chœurs qui n’ont rien d’anecdotique. Pour commenter sa nouvelle inspiration, deux ans après son précédent album en solo, il souligne : « Ces deux dernières années, j’ai été pris par la frénésie de l’écriture la plus intense que j’ai jamais connue. »

Finalement, ces années bonheur sont une belle source d’inspiration pour un artiste âge de 75 piges et  qui sait désormais prendre le temps de vivre, et s’amuse beaucoup à s’exprimer sur Twitter, car il dit « adorer communiquer. » Il continue de le faire  aussi joliment en musique…

(*) Disque GroundUp Music – Universal

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s