David & Dominique : la poésie était au pouvoir…

FA5628L’Intégrale David & Dominique (*), c’est le retour aux sources de toute une époque de la chanson française. Où certains artistes ne cultivaient pas le mou, les interrogations psychologiques à répétition  mais savaient aussi  rêver à une autre société.

David Jisse et Dominique Marge se sont croisés au bord d’un autoroute. L’infirmière débutante et l’étudiant en médecine ont alors décidé de se lancer dans la vie d’artistes. Une aventure qui va durer treize ans et sera marqué par quelques succès -dont  Ouvre-moi vite la porte, version française de A vava inouva, créée par le grand chanteur kabyle Idir en 1975. Ensuite, chacun a vécu une carrière artistique de son côté : Dominique avec le groupe Transhumance fondé avec Daniel Clark et destiné au jeune public et David, toujours auteur et compositeur, mais qui deviendra aussi producteur à la radio  et directeur d’un Centre national de création musicale.

L’une de leurs chansons, Avant le cinéma, sur un texte d’Apollinaire, a connu une belle vie à la télévision : elle a servi au générique du Cinéma des cinéastes,  de Claude-Jean Philippe sur une orchestration de Roland Romanelli, l’accompagnateur fétiche d’une certaine Barbara. Aujourd’hui, Claude-Jean Philippe se souvient : « J’avais en tête ce texte d’Apollinaire qui était en fait prophétique car c’est un des rares à avoir pressenti ce qu’allait devenir le cinéma comme art. »


A réécouter ces mélodies, on retrouve tout l’esprit d’une époque où l’engagement pouvait passer par les voies de traverse de la poésie avec des chansons comme Sur mes doigts; Oh les enfants, aux couplets prémonitoires,  ou encore La Conduite éclatée, qui mettait déjà en garde contre la folie de l’atome. Ce qui n’exclut pas quelques mélodies amoureuses réussies, telle Se quitter tranquille évoquant le désir d’une séparation sans heurts et élégante. Avec un hommage oublié à Jean-Paul Sartre dans Une voix s’éteint. « Ah, je voudrais bien qu’il se réveille/ Mais sa voix s’éteint, sa voix s’éteint »

photo6-_resized600x320Le tout est porté par des mélodies où le blues tranquille le dispute au jazz et au folk. Avec la marque de fins musiciens comme Patrice Caratini, qui a signé les orchestrations pour le disque sorti au Chant du monde et que l’on a souvent vu jouant de la contrebasse aux côtés de Maxime Le Forestier.

Pour les amateurs de rareté, cette Intégrale propose aussi des inédits de David Jisse, accompagné au piano par Nathalie Fortin, notamment sur Ces mots qui te touchent, en 2008, une chanson qui témoigne d’une foi toujours intacte en la force des mots.

« Même si ça n’est pas impérissable/ C’est le tout petit grain de sable/ Le motif, le mot doux, le mot de travers/ Comme un homme seul debout devant de militaires/ Couche-les serrés, couche-les-serrés/ Couche-les serrés/ Tiens ! Si j’écrivais. »

 

(*) Disques Frémeaux & Associés

 

Le Jeu de l’oie

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s