Chico et les Gypsies : la nostalgie des années 80

Chico-The-Gypsies-Plus-près-des-étoiles-SingleColor 80’s (*) marque le retour de Chico et les Gypsies qui revisitent les tubes des années 80. Et ce, avec plus ou moins de bonheur.

Le coup d’envoi des années 80 revues et corrigées par Chico et sa bande, c’est Plus près des étoiles, le tube de Gold, célèbre groupe toulousain qui, en 1984 sur l’album Tropicana, évoquait en rythme le sort des boat-people vietnamiens. Le ton est donné et en treize titres, avec leur sens de la rythmique gitane et des envolées de guitare, Chico et les Gypsies revisitent des airs qui ont déjà fait leur preuve : de Couleur café à La Bamba, en passant par J’veux du soleil. Le tout en glissant parfois le Français et l’Espagnol sur certains titres comme Couleur café. Un album taillé pour affronter l’été et les pistes de danse.

Le résultat est solide même s’il n’y a pas de véritables surprises à l’écoute. On n’a pas passé quarante ans sur les scènes sans avoir un sens certain de la mélodie qui emballe son monde. Mais le résultat est, au final, inégal et l’on peut se demander par exemple ce qu’apporte l’adaptation de Joe le taxi,le tube qui lança Vanessa Paradis avec des variations qui n’apportent rien de plus à l’original.


Chico_the_Gypsies_80Quant au Sunlights des tropiques, célèbre chanson de Gilbert Montagné, la nouvelle version alourdit encore la version première. Et Je te promets, immortalisée par Johnny Hallyday dans un tempo mélancolique sur son album Gang, en 1986, a du mal à se passer du timbre de voix du rocker national. Quant à Libertango, d’Astor Piazzolla, le résultat n’est pas du tout probant et sans le bandonéon du grand nom de la musique argentine, le compte n’y est plus.

Mais, il y aussi des tentatives nettement plus abouties : L’Aziza, de Balavoine; Comme toi, de Goldman et surtout J’veux du soleil, du groupe Au P’tit bonheur, qui trouve ici une deuxième jeunesse sous les doigts de ces virtuoses de la guitare et distille une vraie joie de vivre.

Ce nouvel opus de Chico et les Gypsies laisse donc l’auditeur un peu sur sa faim même si, à n’en pas douter, l’épreuve de la scène donnera une nouvelle couleur à l’ensemble. Et que le groupe saura remuer les salles comme à l’accoutumée.

(*) Disque Smart/ Sony Music

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s