Tino Rossi : souvenirs et raretés

FA5486Caricaturé, parfois moqué, Tino Rossi demeure un mythe de la chanson française. Avec un coffret regroupant des raretés, des chansons de films et des prénoms féminins, les éditions Frémeaux & Associés offrent quelques pépites de l’univers d’un artiste à la voix de velours.

Avec un joyeux cocktail de mélodies corses, de mélodies classiques, parfois de chants religieux, Tino Rossi -fils d’un tailleur et… farouche admirateur de bel canto – a su toucher le grand public durant cinquante ans de carrière. Pourtant celui qui fut petit employé au service des hypothèques d’Ajaccio, n’a pas connu tout de suite un succès fulgurant. Et il faudra sa rencontre avec Petit Louis pour que sa carrière ne connaisse un franc essor après des débuts timides mais prometteurs.

Tout l’intérêt de ce coffret (*)  qui regroupe des productions allant de 1934 à 1962, c’est de montrer comment le crooner corse a su se construire un répertoire qui chassait large : des chansons comme Noël en mer à des airs d’opérette (le célèbre Méditerranée) en passant par des chansons de film (Complainte corse de « L’Île d’amour »). On notera aussi deux chansons qui ont connu un certain succès durant les années noires de l’Occupation quand les familles attendaient le retour des soldats prisonniers : Quand tu reverras ton village (signée  Charles Trenet) et Bonsoir à la France.220px-Tino_Rossi_portrait_années_1930Dans le troisième CD du présent coffret, on découvre les prénoms féminins que Tino rendit célèbre. Ainsi Angelina, du film Le Chanteur inconnu, .d’André Cayatte, sorti en 1947,  dans laquelle il interprètera aussi trois versions de L’Aubade du roi d’Ys, de Tristesse et de Loin de ton cœur. Certes, Tino Rossi ne fut pas un très grand acteur, mais les films qu’il tourna furent une manière d’offrir un écrin visuel à ses romances. Une sorte d’immense clip avant l’heure. Il faudrait aussi évoquer la version française remarquée de Mona Lisa, qui fut créée par le célèbre Nat « King » Cole.

https://dailymotion.com/video/xfh2rn

Dans ses Souvenirs de Paris, son ami et complice de bien des tubes, Vincent Scotto rappelait ainsi comment la voix de Tino faisait chavirer les cœurs féminins :  « Sa voix de rêve a enchanté presque tous les cœurs du monde. Quel philtre mystérieux possède cette voix pour troubler ainsi quand il chante ! On est charmé et on l’écoute recueilli. Une chanson embellit la vie, Tino embellit tout ce qu’il chante. »

(*) Tino Rossi . 1934 – 1962 (Disques Frémeaux & Associés)

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s