Eskelina, une voix chaude…venue du froid

9588-Eskelina+SvansteinArrivée en France en 2006, Eskelina n’avait a priori pas de raisons de chanter dans la langue de Renaud. Et pourtant, elle le fait. Et avec talent !

La vie de cette jeune suédois a commencé dans une maison de bois, située dans un petite village de 40 âmes, paumé dans les forêts  de la région de Blekinge, au sud-est de la Suède. Assez logiquement, le mode de vie est proche de la nature et Eskelina n’a pas dérogé à cette règle. Le froid est -il propice à la chanson ?

Ce fut le cas pour celle adolescente qui fonda son premier groupe dès ses  13 ans. Elle a vite eu conscience qu’il n’est pas facile d’échapper aux canons de l’industrie musicale. Si tu aimes changer, il faut partir. Eskelina  a donc opté pour la France au milieu des années 2 000, un pays qu’elle aimait pour ses mots qu’elle jugeait beaux.

Cap sur le coin de Sarlat et le Périgord où elle a des amis. Ils vivent sans eau ni électricité mais acceptent de l’accueillir. Le cadre de Sarlat est parfait pour les artistes de rue et Eskelina y fait ses premières gammes, grattant sa guitare pour touristes de passage et autochtones pas pressés.

Les voyages forment la jeunesse, dit-on. Les rencontres aussi. En croisant la route de Christophe Bastien du groupe Debout sur le Zinc et de Florent Vintrigner (La Rue Kétanou), elle forme un trio créatif, à l’origine de son album made in France Le Matin du Pélican (*) à la belle facture.Eskelina+jpegC’est chez Florent en Normandie que la sauce a pris entre les trois artistes et qu’ils ont mis en commun leur sensibilité pour créer ce disque.   D’une voix qui n’est pas sans rappeler celle de Cœur de pirate ou Zaz, Eskelina délivre, d’une voix un peu rauque et d’une diction parfaite, un univers personnel où elle dit ses rébellions (Désordre) mais raconte aussi des relations homosexuelles féminines dans Emilie, à l’écriture très fine, en passant par l’évocation des voyages avec la belle Valise rose.

Avec ce nouvel album – son premier album, En visa, témoin du chemin déjà parcouru, est sorti en  2010 – Eskelina a pris le chemin de la tournée. Le premier extrait, Je reviens, qui dit l’émotion du retour dans un endroit qui est cher, est une belle carte de visite pour découvrir l’ univers d’Eskelina, une artiste pourvue d’un charme certain.

(*) L’Atelier du Pélican/ Disque Musicast

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s