Des « Caricatures » chères à Maxime Le Forestier

0073145396122_600Cabu avait entièrement griffé la pochette d’un des meilleurs disques de Maxime Le Forestier, le troisième sorti en 1975. Avec une chanson à réécouter dans les temps difficiles que nous traversons : Caricature.

Avec une galerie de têtes où le beauf apparaissait près du para et de l’écolo bon teint, en arrière-plan d’un visage de Le Forestier alors barbu et chevelu, Saltimbanque (Disque Polydor) reste un des grands disques de l’artiste. Juste accompagné d’une contrebasse (Patrice Caratini) et d’une guitare (Alain Ledouarin), Maxime signait de grandes chansons dans une production épurée splendide. Outre Petit Robot, la très belle Poupée ou encore Les Lettres, à réécouter en ces temps du centenaire de 14/18, il y avait Caricature, un texte évoquant l’art de croquer la vie. Cabu n’est plus là mais les dessins restent et certaines chansons les rendent éternels.

 Ecoutez en cliquant ici

CARICATURE
Des traits que l’on torture
Sur un visage de papier,
Une vie de rature
Qui se ferait
Caricature,
Moutons résignés,
Costumés,
220px-2013-01-24_-_Maxime_Le_Forestier_at_Les_EnfoiresQui se tairont toujours,
Sans un regard
Autour
Pour les renards
Cossus,
Repus,
Démarche fière,
Protégée par la boutonnière,
Caricature effacée,
Gommée
Par un trou
Dans de la terre,
Une pierre
Et dessous…Quelques traits
Mal esquissés
Salissent
Un carnet.Notre vie se passe au crayon.
Notre vie s’efface au bâillon.Comme une signature
Sur un registre fatigué,
Un besoin d’aventure
Civilisé.
Caricature
Dressés de naissance
En enfance
A cadencer le pas
Sans réfléchir,
Soldats
Sans avenir,
Bien vus,
Cocus,
Démarche fière,
Protégés par la fourragère,
Caricature effacée,
Gommée
Par un trait
De lance-pierre,
Un éclair
En acier…Un portrait
Qui nous ressemble
Et flambe
Déchiré.Notre vie se passe au crayon.
Notre vie s’efface au canon.Dans les années futures
Ne changez rien à vos palais.
C’est la grandeur nature
Qui vous a fait
Caricatures.
Banquiers, présidents,
Marchands,
Fabricants de bonheur,
Dans le velours
Meneurs
De basse-cour
Joufflus,
Ventrus,
Marchant à peine,
Protégés par la peur humaine,
Caricature effacée,
Gommée,
Quand le vent
De la colère
Sort de terre
Cependant…Que vos traits
Abandonnés
Finiront de brûler
Quand le crayon sait dessiner,
Le dessin commence à bouger.

 

 

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s