Ricet Barrier, un sacré pélerin

FA5457Il faut bien le reconnaître : la disparition de Ricet Barrier en 2011 est passée un brin inaperçu. Pourtant ce chanteur et fantaisiste avait fait les belles heures de Montmartre et marqué de sa voix ironique la chanson. Le coffret Ricet Barrier et ses interprètes (*)  rend hommage à ce petit homme bourré d’humour.

Parodies de chansons québécoises -il fut fasciné en 1948 par la découverte de Félix Leclerc aux Trois Baudets- java; blues; jazz (Dolly 25), antiennes humoristiques (la célèbre Servante du château) … Né en 1932 à Romilly-sur-Seine, Ricet Barrier a joué sur bien des univers musicaux pour accompagner son répertoire à l’écriture ciselée et fantaisiste.

Au départ professeur d’éducation physique – la seule matière où cet élève turbulent brillait à l’école- l’homme a délaissé le violon appris durant l’adolescence pour se mettre à la guitare, au banjo et à l’ukulélé. Un jour, il trouve  un petit air qui deviendra sa première chanson, J‘aime les fleurs. Comme pour toute une génération de chanteurs, son passage au Petit Conservatoire de la chanson de Mireille sera déterminant.Il y croise la route de Bernard Lelou qui devient son complice de mots et de notes (jusqu’à sa mort en 1990).

h-20-2502479-1306038049 Ricet Barrier commence sa carrière scénique dans le spectacle de Marie Dubas, star de l’époque, sur sa tournée estivale et qui n’est pas avide de conseils avec le croque notes débutant. D’autres rencontres seront déterminantes pour sauter le pas et pour que Ricet Barrier devienne un homme de scène. Il a raconté au revers de la pochette d’un disque : « Je ne pensais pas être un jour interprète et je le dois à mon ami Raymond Devos qui me fit comprendre le métier et aimer la scène ».  D’autres rencontres vont suivre, d’autres interprètes aussi et l’on peut découvrir dans ce coffret les versions savoureuses  des Pasteurs ou des Clochards, signées par les Frères Jacques. Mais il y aura aussi Philippe Clay, Jean-Marie Proslier, ou encore Les Trois Horaces.

Une de ses dernières apparitions chez Patrick Sébastien


ricet-barrier-la-servante-du-chateau-108277116Sur scène, Ricet Barrier avait la moustache qui frisait et l’œil malicieux quand il entonnait un de ses couplets où parfois un brin de surréalisme se glissait comme dans Drôle de vie ou cette Java des Gaulois, où il revisite à sa manière l’histoire de France . Il savait croquer de façon vivante une tranche de vie : la preuve avec Le Crieur de journaux, un instantané de la vie citadine d’antan.

Avec le compère Lelou, Ricet Barrier a abordé d’autres rivages tel celui de la comédie musicale et du théâtre : en 1985, ils adaptèrent par exemple Le Roman de Renart. « Je suis un homme heureux de vivre » lançait Ricet Barrier, devenu un orfèvre de la chanson fantaisiste. Et l’on prend un vrai plaisir à retrouver les couplets malicieux de cet artisan de la chanson qui a toujours suivi son chemin sans céder à aucune mode. Un artisan qui était aussi un joli mélodiste comme le montre la version musicale de son tube, La Servante du château, mise en boite par Les Joyeux Fanfarons du Bal champêtre.

(*) Disque Frémeaux & Associés

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s