Keith Kouna : une voix rebelle venue du Québec

keith-kounaAu Québec, Keith Kouna a déjà marqué les ondes. Il est en tournée en France avec un premier EP qui nous fait découvrir l’univers d’un artiste venu de la scène punk, mais qui a aussi revisité une partie du répertoire de Schubert en chansons. Bref, un mec atypique et attachant.

Le premier extrait de son premier EP (*) à destination de la France, Batiscan est une ballade folk au son brut avec des mots simples en forme de souvenir de partie de pêche avec son paternel sur la rivière du même nom. Une évocation mélancolique d’une enfance lointaine et de la figure apaisante et absente de son père.

En cinq titres, Keith Kouna offre un univers qui sort de l’ordinaire avec un vrai plaisir de jouer avec les mots comme l’atteste la chanson Déo, et ses allitérations autour de « J’me sens » qui se termine par une envolée rock sur fond de grosse batterie qui envahit l’espace sonore. On sent l’habitué de la route et des grands espaces. Le Labrador lui donne l’occasion encore de signer une évocation de la Nature sur quelques arpèges de piano où passent les ombres de Leclerc et de Vigneault : « Dans l’Labrador, y a rien à faire/ Y a rien qu’du vent puis de la grosse bière/ Dans l’Labrador, c’est la nature/ Tout ce qu’y a dehors, c’est de l’air pur » Avec, pour finir, une évocation non dénuée pochette-EP1-1024x1024d’humour d’un voyage qui… n’a jamais eu lieu. Bref, une première carte de visite sonore intéressante pour découvrir un chanteur qui a pas mal bourlingué.

A la manière d’un Rimbaud moderne, on sent que Keith Kouna a roulé sa bosse sans perdre une âme et un regard d’enfant, mais un enfant rebelle. Comme d’autres, il a d’abord été influencé par la scène métal avant de créer un groupe de rock. L’influence d’un ensemble comme Les Béruriers noirs ou de la sonorité du Français, quand elle est chantée par un Mano Solo, l’a conduit à revisiter la chanson dans la langue de Molière et de subir les influences d’un grand diseur de la chanson québécoise, Richard Desjardins, avec son phrasé poétique et typique. Commençant à écrire, Keith Kouna a taillé la route durant trois ans en Europe, de squats en squats , à l’âge de 20 ans. Avec tous les excès qui accompagnent ce genre de trip à al découverte d’un continent et une telle manière de tailler son chemin.

De retour au pays,  Keith Kouna a donné de la voix dans un groupe alternatif, les Goules, qui a marqué durant six ans la scène québecoise.  Radio Canada le classa même parmi les 50 artistes les plus marquants de la décennie 2 000. Notre homme y a gagné, outre une belle expérience musicale, un surnom : et Sylvain Côté est devenu Keith Kouna.

C’est fort de ce parcours et de ce bagage musical hétéroclite que l’homme a depuis fait son chemin en solo. Chez lui, il a déjà sorti deux disques, Les Années Monsieur et Du plaisir et des bombes, tout un programme, avant de signer, en décembre 2013, un projet d’envergure, Le Voyage d’hiver, ou 24 textes pour transcrire en chansons des morceaux de Schubert. C’est dire que le premier disque accessible en France n’est qu’un survol de l’univers d’un mec un brin barré. Il est en tournée en France jusqu’à l’été : il faut donc découvrir le talent d’un conteur original  de 35 ans et qui a une force certaine dans l’expression musicale.

(*) Disque L-Abe

Le clip de Batiscan

Napalm

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s