Un Trèfle qui sent le bonheur

Humour caustique et rythmes solides marquent le retour d’As de Trèfle. Quinze ans après ses débuts, le quatuor n’a pas mis la pédale douce et le prouve avec l’album, Pas comme tout le monde (*)

pochette albumAvec quelques 800 concerts dans le rétroviseur, As de Trèfle connaît la chanson. Leur sixième album, Pas comme tout le monde, offre un univers sonore très rock,  festif et taillé pour la scène. Au détour des mots et des colères, le quatuor n’oublie pas son sens de l’ironie sans pour autant défendre une chanson dite engagée comme le souligne Laurent : « Ecrire une chanson engagée, c’est très difficile et délicat à faire. Nous, on essaie juste d’évoquer. On a cette volonté d’être drôles avec une pointe d’ironie. Nos chansons ont plusieurs degrés de lecture. » On le ressent à l’écoute de titres « ouverts » à l’interprétation de chacun comme Ça ou d’la merde, Comme tout le monde.

Si, au détour d’un morceau, cet humour n’est pas toujours léger, léger -ainsi dans Du poil autour– et que la rime peut sembler facile, l’univers d’As de Trèfle tient la route et offre quelques belles réussites avec En prendre de la graine -habile jeu sur des expressions- ou l’évocation nerveuse de la clope dans Ma tige. Le tout est occupé par des retours sur l’univers de l’adolescence notamment dans le clin d’œil à une époque marquée par le foot et Platini et Goldman pour la musique (Jean Jacques). « Il fallait reparler de ce qui nous a donné envie de faire de la musique, poursuit Laurent, l’homme des dreadlocks. Sans faire les vieux cons, c’était mieux avant. Il y avait plus de possibilités de jouer partout. »Un brin nostalgique donc mais pas passéiste, As de Trèfle ne joue pas la route en solitaire. Reprenant J’ai besoin de tes mains, de Cornu, un groupe venu de Tours comme lui, le quatuor a convié dans l’aventure quelques invités de choix : la section de cuivre de La Ruda; Guizmo, de Tryo (le réussi Dans les bibliothèques) ou encore Alice et Mathilde des Ogres de Barback pour le tonique Dans tes mains. Une manière de saluer d’autres artistes qui, comme lui, aime agir et créer avec une vraie indépendance d’esprit et de ton.

Un retour tonique en diable avec ce groupe qui fait résonner le Français dans des pays comme l’Allemagne où il se produit régulièrement. Comme quoi  l’énergie rock n’a pas de frontières avec des artistes comme ce quatuor de l’As de Trèfle, marqué par les envolées du violon tenue par Géraldine..

toute-les-fringues-677x1024

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s