Gilbert Laffaille : de la douceur avant tout chose

recto20131On l’avait oublié un brin. Gilbert Laffaille est de retour avec un album inédit, Le Jour et la Nuit (*), où il promène sa plume et sa voix douce sur des chansons où, derrière la douceur des musiques, il raconte le monde à sa manière. Détachée et sans perdre sn sens de l’humour.

Depuis en 1977 et son tube du moment, Le Président et l’Eléphant, ironiques couplets sur certaines chasses présidentielles, Gilbert Laffaille promène son air de Pierrot décalé sur les ondes, sans enfoncer le clou, ni grossir la cohorte des auteurs dits engagés. L’homme est du style à dire les choses sans les surligner à gros coups de sonos. Mais ceux qui ont écouté Deux minutes fugitives savent que l’homme sait glisser de la gravité entre deux chansons intimistes où jaillissent parfois des saillies humoristiques.

Ce n’est pas à la soixantaine passée que l’on se refait et Gilbert Laffaille reste fidèle à ce style dans Le Jour et La Nuit. Sur des musiques doucement chaloupées -de la bossa au reggae de Just Like You– il poursuit sa route poétique, évoquant aussi bien les petits riens qui font une vie dans Tout ce qui reste;  les immigrés si mal vue de nos jours dans une France frileuse dans le très beau Homme en boubou, femme en sari ou encore, sur un tempo Aubercail-2013-3-219-G-Laffaille-AAAA-1143x1496-350x458jazzy de Lance des balles… Un kaléidoscope d’impressions et d’émotions où l’homme se dévoile sans se mettre à poil et livre quelques pistes pour le mieux retrouver. Ainsi, dit-il au détour de son Chant du voyageur : « J’ai chanté l’or et la poussière/ Haï la guerre et les tambours/ Il y a tant de beaux mystères/ Je ne veux pas devenir lourd. »

Poète de la légèreté et du subtil, Gilbert Laffaille touche encore même si, parfois, on aimerait un peu plus de nerf au détour d’un couplet pour tomber complètement sous le charme. Mais cet homme pudique, ce rêveur humoriste ne peut que nous émouvoir avec sa manière de ne jamais élever la voix. Il a repris le chemin de la scène après un passage à l’Européen à Paris à la mi-novembre : alors, ne manquez pas cet homme de paroles…

(*) Disque Traficom Musik

Petit tour de Laffaille

La Tête ailleurs

Le Président et l’Eléphant

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s