Pourquoi il est vraiment « formidable »…

969743_10151736925872438_1128939116_nA 28 ans à peine, Stromae, le Belge à la silhouette aussi étonnante qu’au nom difficile à prononcer, est devenu un phénomène. Un succès amplement mérité tant son deuxième disque, √  (*) est une pure réussite.

Quand un nouveau chanteur belge jaillit dans la lumière et transporte son monde, on est sûr de la suite : on va nous sortir la comparaison avec Brel.  Avec Stromae, cela n’a pas manqué après que, en 2010, son Alors on danse, tableau sombre d’une société déshumanisée, a propulsé l’artiste sur le devant de la scène : il s’était hissé en tête des ventes dans dix-sept pays. Stromae n’a pas besoin de ces comparaisons faciles pour marquer de sa griffe l’univers sonore et faire montre d’originalité.

Résolument de son temps, Stromae n’a pas manqué son deuxième essai et signe avec √  -une racine carrée n’est déjà pas un titre banal- un disque d’une grande densité. Avec le coup d’éclat du début de l’été et le clip Formidable, tourné en caméra cachée,  où il a fait croire à son monde qu’il était ivre dans les rues de Bruxelles.

Habile en l’art de se jouer des médias et de la communication institutionnelle, Stromae a lancé dans les colonnes de Télérama : « Je voulais d’abord rappeler qu’en dépit de la notoriété, nous sommes humains. Tout le monde a droit à un moment de faiblesse. Après, je ne veux surtout pas donner de leçon à qui que ce soit, ou alors à moi tout autant qu’aux autres. Dans ce clip où j’apparais mal en point, seules deux personnes viennent m’aider, les autres regardent ou m’ ignorent. C’est un beau panel de la société. Si j’avais été à la place des témoins, j’aurais sans doute oscillé entre les indifférents et les voyeurs. »

d__cryptage___le_formidable_buzz_de_stromae_9575_north_584x0Décrivant des humains qui se cherchent, Stromae met bien des influences musicales au service d’une inspiration qui aborde tous les sujets : l’absence du père dans le magnifique Papaoutai; cri contre toutes les démagogies ambiantes dans AVF… et très touchant hommage  à la diva aux pieds nus de Ave Cesaria, avec un détour très personnel sur la mélodie de Carmen. Loin de la chanson marketing, Stromae se joue de tous les clivages avec un art consommé du travail de l’image. Un grand est en train de naître. Il ne reste plus qu’à le découvrir en scène.

(*) Disque Universal


Formidable – le clip

Papaoutai – le clip

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s