Yvan Marc : le goût de la « Cerise »

pBelle voix grave, look farouche, Yvan Marc signe un album enlevé en forme de Cerise sur le gâteau… de la chanson.

« J’aime pas qu’on me dise ce que j’dois faire » lance Yvan Marc dans une ballade d’amour, La Couleur du matin. Comme si, dans une chanson, l’artiste faisait le tour du propriétaire et signait une carte d’identité légère mais assumée, portée par les sonorités métalliques d’un banjo.

L’homme n’est pas un débutant qui a débuté des ses  14 ans en mettant des mots sur de la musique dans son petit village de Loire. A Ecotay L’Olme, ses copains de jeu se nomme Mickaël Furnon, futur leader de Mickey 3d, et Pascal Colomb, futur bassiste de Vanessa Paradis et Françoise Hardy. D’abord professeur d’éducation socio-culturelle dans un lycée agricole, Yvan Marc devra patienter avant de pointer le bout de son nez dans la chanson. Grâce au succès fulgurant de Mickey 3d, il sera embarqué en première partie du groupe fier de ses racines . Une occasion en or pour trouver un label et signer des albums, tels La Grève, A bout de bras.

Après la faillite de son label et de son tourneur, il lui a fallu rebondir. Yvan Marc prend son destin en main, compose et monte une tournée qui privilégie des lieux originaux, porteurs d’un projet culturel en milieu rural : cafés associatifs, granges culturelles…

Avec La Cerise, on mesure le chemin parcouru par ce bonhomme qui prend le temps de creuser son sillon. Son inspiration est vaste : du duo d’ouverture avec Lisa Portelli, J’oublie qui évoque la perte de l’essentiel dans un monde dévoré par les ambitions au salut au monde ouvrier qui se meurt dans Les Grilles fermées via l’évocation des fuites alcoolisées dans Promis et cette formule : « Je vaux plus que ça/ J’vaux plus que mon état. » Avec dans la chanson titre, une évocation de l’état de crise où « il n’y pas de gâteau sous la crise… », ballade ironique portée, une fois de plus, par des instruments acoustiques utilisés à bon escient.

Capture d’écran 2013-05-10 à 15.49.45Sans oublier les chemins de l’amour et ces Filles, où, en clin d’œil amical, Mickey (3d) fait une apparition vocale. Il souligne : « Au départ, il devait chanter sur C’est une ville, une chanson qui parle du Puy-en-Velay et puis du coup, ses interventions sur Les Filles nous ont paru assez sympas et on a gardé ça. »

Moins engagé que les précédents mais non point indifférent, cet album est une belle manière de marquer dix ans de carrière. Yvan Marc conclue : « En ce moment, j’ai moins envie d’écrire des chansons engagées. J’en ai déjà écrit beaucoup et j’ai l’impression qu’elles restent d’actualité, que rien ne s’arrange vraiment. »

En tout cas, La Cerise est un beau disque de maturité.

(*) Disque VS Com/ Le Cri du Charbon

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s