C’était ça Canetti…

Il faut le découvreur des plus grands noms de la chanson française. Brassens, Brel, Gainbourg et les autres. Son nom Jacques Canetti. Une exposition lui rend hommage. A voir.

Jusqu’au 28 octobre, l’Institut Pasteur (*) met à l’honneur un certain Jacques Canetti. 50 ans de chansons et 50 ans d’une passion dévouée aux chanteurs et aux artistes chez cet homme qui découvrit la plupart des grands talents et les produisit notamment dans la salle mythique des Trois Baudets à Paris dont il s’occupa longtemps.

Pour avoir rencontré Jacques Canetti à la fin de sa vie,  dans les années 90 (il est mort le 7 juin 1997), je sais combien l’homme avait gardé la passion de la chanson chevillée au corps. Il pouvait parler des heures des premiers pas d’un certain Félix Leclerc -« c’était un des rares auteurs-compositeurs-interprètes que mon frère (Elias Canetti, le grand romancier et prix Nobel de littérature en 1981 : NDLR) aimait » m’avait-il dit en riant- de la timidité d’un Gainsbourg, de la folie déjà douce d’un Raymond Devos ou de l’ami Brassens.

Il a découvert les plus grands auteurs-compositeurs et interprètes

C’est à cette mémoire de la chanson que l’exposition rend hommage avec une foule de documents inédits. Un souvenir entretenue aujourd’hui par sa fille Françoise qui poursuit l’oeuvre de son père en s’occupant de ses éditions. De 1948 à 1962, Canetti avait, comme directeur artistique chez Philips, créé le plus beau catalogue dédiée à la chanson française.  Après avoir démissionné, suite à la vague des yé-yé, il avait continué à prendre tous les risques en créant son propre label, les Productions Jacques Canetti.

Pour ceux qui veulent en savoir plus sur le parcours de ce fou de chansons, il faut se procurer son livre de souvenirs, On cherche jeune homme aimant la musique, sortie en 1978 chez Calmann-Lévy.

Et puis, en écoutant les Brel, Brassens, Béart et autres Boris Vian, Serge Reggiani, on célèbre aussi la mémoire de ce découvreur hors normes.

(*)25, rue du Docteur Roux 75015 Paris

 Mémoire : une interview de Brassens qui parle de ses débuts sur INA.fr

Autre mémoire avec Serge Reggiani

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s