La nostalgie du western

Signé du groupe l’Attirail, Wanted Men est une promenade en forme de road movie musical dans le grand Ouest américain qui vit naître les grands westerns. Un univers où les guitares ont la part belle.

Portant le nom d’une célèbre chanson de Johnny Cash, Wanted Men est désormais un hommage en dix-sept tableaux à l’univers de l’Ouest américain. D’abord marqué par l’univers des Carpathes, ce groupe créé en 1994 par Xavier Demerliac a su jouer de la diversification. 300 concerts en dix ans d’existence, huit albums (dont trois chez Naïve), des musiques de films -pour Patrice Leconte par exemple- l’Attirail vogue désormais vers l’Ouest, le vrai.

Un groupe très à l’Ouest

En musiques, et avec de la guitare sous toutes ses formes -électrique, acoustique et autres- accompagnée de banjo, d’accordéon, de flûtes, de piano et de batterie, l’Attirail fait revivre un monde où les méchants sont devenus les héros de bien des films. Ainsi dans Wild Bill band, il évoque l’orchestre imaginaire du célèbre Wild Bill Hickok, shérif et castagneur, qui fut tué lors d’une partie de poker à Deadwood.

L’Attirail sait aussi célébrer la rencontre historique de Pancho Villa et Emilio Zapata dans Le Pacte de Xochimilco et mettre de la mélancolie dans ses mélodies en évoquant dans The Stager spleen, ce vieux routier de l’aventure perdu dans ses souvenirs.

Un album qui a le mérite de l’originalité. Un éclectisme qui fait plaisir à écouter. Une telle nostalgie si bien maîtrisée a de quoi susciter l’intérêt.

Disque Socadisc
Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s