DES CHANSONS A LA MAISON

Une belle brochette d’artistes revisite le premier album de Maxime Le Forestier. Une Maison bleue à l’atmosphère accueillante.

En 1970, alors inconnu et en vadrouille aux Etats-Unis avec sa sœur Catherine, Maxime Le Forestier vit quelques belles semaines dans une maison bleue située à San Francisco. Elle le lui inspirera son premier tube San Francisco. Quarante ans plus tard, il est revenu sur ses pas pour participer à la rénovation de cette maison… en bleu. Et dans un album éponyme, une dizaine d’artistes re-interprètent cet opus désormais classique. Certes, la reprise de Mon frère pas Calogero n’a rien de transcendentale mais Daphné donne une version habitée d’une mélodie moins connue de Le Forestier Marie, Pierre et Charlemagne; Ayo et Féfé donnent joliment de la voix sur Je ne sais rien faire et La Grande Sophie réussit sa prestation de Comme un arbre. Et puis, et puis, il y a le morceau de bravoure et la reprise de Parachutiste, chanson engagée s’il en fut, par François Morel et Juliette. C’est à la fois dans le ton et désopilant. Un petit miracle. Au final, cet hommage ne manque pas d’imagination. Comme le montre, in fine, les deux versions (dont l’une en soniké) de la fameuse San Francisco par Daby Touré, un enfant de la Casamance.

(Disque Polydor)
Un pinceau à la main début juillet pour donner un coup de neuf et d'authentique à la maison des souvenirs.
Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s