Soan sonne l’alarme

Voix cassée et profonde, Soan revient sur le devant de la scène avec Celui qui aboie (*). Un CD où il chante à plein cœur pour un opus enregistré en cinq jours.

Dès le départ, Soan annonce la couleur avec Ces lumières, un texte sombre sur les amours blessées où la voix progressivement se fait puissante pour capter l’attention. « J’ai la mémoire à vendre à mes amours d’un soir » , lance t-il à fleur de désespoir avec des échos  – clairement revendiqués depuis ses débuts –  à  un Jacques Brel.

Tout au long de Celui qui aboie, Soan nous embarque dans un univers de bastringue où, harmonica et percussions se répondent pour évoquer par exemple l’ivresse dans la chanson-titre, en forme de confession intime assez réussie. Comme il évoque ses rêves de liberté dans Vingt cinq printemps où l’alcool n’est pas, une fois encore, très loin  : « La liberté c’est bon comme un verre dans le gosier. » Une chanson marquée aussi par sa relation amicale avec Jean Corti, un accordéoniste qui fut compagnon de route de  Brel et qui fit des prestations réussies plus récemment avec les Têtes Raides.
Lire la suite

Yéyé : copier est parfois bien jouer…

Yéyé VO/VF offre, dans un coffret de 3 CD, un parcours intéressant entre les versions originales et françaises de cette musique qui marqua la France à la fin des années 50.

La pochette de couverture du coffret (*) est parfaitement choisie : on y voit un Johnny jeune le regard fixé sur une photo d’Elvis. Deux regards dans le lointain, deux profils pensifs. Avec Yéyé VO/VF, Pierre Layani et François Jouffa invitent l’amateur à un passionnant saut dans le temps accompagné d’un livret toujours riche en informations où, s’ils montrent bien que si les rockers français se sont inspirés d’illustres modèles, ils soulignent aussi. que tous les artistes se sont inspirés des anciens. Alors, pour un Johnny, adapter Tutti Frutti, de Presley est une filiation naturelle. Tout comme Be-Bop-A-Lula, de Gene Vincent pour les Chaussettes Noires. Mieux, un certain nombre des originaux étaient eux-mêmes des reprises. Ainsi Cliff Richard, si souvent adapté en France, s’est inspiré pour ses créations de bien des morceaux oubliés de la musique américaine. Quant à Presley, les auteurs du coffret prennent la peine de souligner : « Hors musiques de film, le répertoire d’Elvis Presley, de la première à la dernière chanson, est composé au moins de trois quarts de reprises, comme chez Frank Sinatra ou Ray Charles. »

De Titus Turner à Johnny Hallyday

Lire la suite

Ils font bien les… Trottoirs

Formé à Strasbourg en 2006, mais ayant connu quelques modifications humaines depuis,  Les Garçons Trottoirs font montre d’une belle énergie dans Doux, durs et dingues (*), où mélodies inventives accrochent l’oreille.

D’emblée, les sonorités cajuns vous donnent un sympathique uppercut dans Animal qui ouvre Doux, durs et dingues. Avec leur nouvel album,  Doux, durs et dingues, on sent que Paul d’Amour (guitare et chant), Jean-René Mourot (accordéon, trompette, piano) et les autres ont concocté un opus taillé pour la route et la scène, tant les mélodies sont enlevées.  Même pour signer une chanson décalée sur un des sept péchés dit capitaux : Gourmand.

De ballades romantiques sur le thème de la séparation (Chacun dans son maquis), à des mélodies plus rocks (Le diable e(s)t ma femme), l’énergie est bien au rendez-vous d’un disque qui fait, musicalement, bien des clins d’œil au cinéma. Ainsi, les arrangements de Chacun dans son maquis ont un lointain cousinage avec les musiques d’un Ennio Morricone.  Et quand l’amour déçu le dispute à une ivresse consommée sans modération, cela offre les dérives espagnoles et latinos (dans les solos d’accordéon) de J’ai ouï dire.


Lire la suite

Un duo sans frontières

Ki, c’est le nouveau voyage instrumental de Baltazar Montanaro-Nagy et Miquèu Montanaro qui intègre des plages improvisées.

En hongrois, Ki (*) désigné l’extérieur. Mais Ki, c’est aussi Qui et une interrogation fondamentale. Ki, c’est le nouvel album du duo Montanaro ou le mariage de flûtes, galoubet tambourin et autre guimbarde avec un violon et un violon baryton.

Le voyage est surprenant mais jamais banal avec des mélodies qui soudain changent de cap, rebondissent et nous emportent vers des horizons différents.

Mélangeant les musiques traditionnelles et un blues essentiel, Ki peut aussi bien rebondir sur thème de la guerre dans 11 Novembre que nous convier dans l’univers des troubadours avec Luna Roja. Lire la suite

Le chant de l’Ange de Piazzolla

La Trilogie de l’Ange, ce sont les retrouvailles, via CD interposé (*), avec un des  grands compositeurs argentins, Astor Piazzolla, disparu en 1992, mais dont le jeu au bandonéon reste un modèle pour les musiciens du monde entier.

C’est en 1955 après des études parisiennes, notamment auprès de Nadia Boulanger qui lui enseigna l’art du quatuor à cordes, qu’Astor Piazzolla est retourné dans son Argentine natale pour y fonder son Octeto Buenos Aires.  Il s’entoure alors des meilleurs musiciens de tango pour peaufiner son répertoire avec ce jeu si spécifique au bandonéon. Durant cette période de recherches tout azimut, il composa le Tango del Angel. Installé aux États Unis de 1958 à 1960, Astor Piazzolla tenta l’aventure d’un jazz-tango, avant de revenir en Argentine pour y fonder un quintet. Le premier d’une longue série.

A cette époque, l’écrivain Alberto Rodriguez fait appel à lui pour composer la musique d’accompagnement d’une de ses pièces de théâtre : Le Tango de l’Ange.
Racontant l’histoire d’un ange apparaissant dans un immeuble de Buenos Aires pour purifier l’âme de ses habitants, la pièce est jouée en 1962 et, pour l’occasion, le musicien compose Milonga del Angel, une pièce douce et sentimentale,  et Muerte del Angel, les deux morceaux qui ouvrent La Trilogie de l’Ange. L’autre morceau composé alors, Introduccion al Angel,  qui ne figurera pas, in fine, dans cet œuvre, est nettement moins connu.
Lire la suite

La voix de Thiéfaine pour les maux de Dostoievski

On connaît le rocker amoureux des mots qui « poétisent » le monde, le rebelle fidèle aux enseignements surréalistes, et l’homme de scène. Avec sa lecture des Carnets de sous-sol (*), de Dostoievski, Hubert-Felix Thiéfaine fait entendre une des grandes voix de la littérature russe.

Plus de cinq heures d’écoute ! Une chose est sûre, les éditions Frémeaux & Associés aiment les défis et ne cessent de servir les grands textes. Cette fois, c’est Hubert-Félix Thiefaire qui se glisse, non sans gourmandise, dans l’univers de Dostoievski.

Quand le grand romancier russe signe ces Carnets du sous-sol, c’est juste après Les Souvenirs de la maison des morts, un texte stupéfiant et qui témoigne de ces années de bagne où il est envoyé en 1850. Un choc même si sa qualité de noble lui vaut d’éviter certains mauvais traitements mais pas de subir la hargne d’autres détenus. De ce séjour, le romancier revient transformé au fond de son être. Il écrit notamment : « Je n’ai pas perdu mon temps : j’ai appris à bien connaître le peuple russe, comme peut-être peu le connaissent » Il y passera quatre ans.

Juste après ce texte fondateur et qu’on ne peut se lasser de lire et relire, Dostoievski publie un autre livre où il livre une vision très pessimiste de la condition humaine. Ces Carnets du sous-sol qui commence par une double affirmation : « Je suis un homme malade… Je suis un homme méchant ». Lire la suite